Ancien forum du PCQ Index du Forum Ancien forum du PCQ
Ancien forum du PCQ
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

La vraie nature de la Chine

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Ancien forum du PCQ Index du Forum -> Discussion Générale
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Alex



Inscrit le: 13 Mar 2008
Messages: 65

MessagePosté le: 11/08/2008 02:35:27    Sujet du message: La vraie nature de la Chine Répondre en citant

Citation:
Un article récemment publié par le San Francisco
Chronicle («Chinese Making a Great Leap
Forward», 3/08/2008) a donné le ton: «Au moment
où la République populaire de Chine s'apprête à
recevoir les Jeux olympiques, ses 1,3 milliards
d'habitants peuvent être fiers de ce qu'ils ont
accompli depuis qu'ils se sont débarrassés de
l'idéologie maoïste et ont embrassé les forces
du marché.»

La Chine, il est vrai, affiche un taux de
croissance élevé. C'est une puissance économique
et politique montante. Mais cette croissance a
été obtenue sur le dos de centaines de millions
d'esclaves salariéEs dans les villes, et au prix
de la dévastation des campagnes. Et cela s'est
produit dans le cadre d'un système - le système
impérialiste mondial - qui a perverti le
développement économique du pays. Si la Chine
s'avère effectivement une puissance économique
montante, le cœur de son économie bat toujours
au rythme d'un ordre mondial dominé par
l'impérialisme US. Les investissements
impérialistes y coulent à flots, tandis que les
profits soutirés du travail des ouvriers
ensevelis dans les mines de charbon et des
ouvrières qui assemblent des jouets et des iPod
pour les consommateurs occidentaux sortent du
pays.

Dans les villes, il y a certes une classe
moyenne en croissance, relativement prospère.
Mais dans les usines, la journée de 16 heures
est encore courante, et les salaires couvrent à
peine la nourriture et le loyer. Le travail des
enfants y est endémique. La sécurité au travail
demeure une fiction, tandis que les grèves et
les manifestations sont durement réprimées. Plus
de 700 millions de ChinoisES vivent encore dans
des campagnes désormais appauvries: la plupart
doivent s'arranger pour survivre avec moins de
2$ par jour. Les écarts s'agrandissent et
prennent désormais l'allure d'un gouffre entre
les riches et les pauvres, et entre les villes
et les campagnes, tandis que les femmes et les
minorités nationales voient leurs conditions se
détériorer.

La vraie nature de la société chinoise
transparaît on ne peut plus clairement dans le
coût humain énorme lié à la tenue des Jeux: plus
d'un million et demi de personnes ont en effet
été déplacées, leurs logements ayant été
détruits pour faire place aux infrastructures
olympiques. Les ouvriers ayant construit le
fameux stade (le «Nid d'oiseau») ont dû
travailler sans relâche, comme des forcenés,
neuf heures par jour et sept jours par semaine,
pour un salaire de 50$/semaine. Des millions de
migrantEs, venuEs des campagnes, ont été
cavalièrement expulséEs de la capitale, afin de
présenter une image «plus convenable» au reste
du monde. Sans parler du fait que la tenue des
Jeux fut l'occasion d'une augmentation de la
répression contre les manifestations et les
autres formes de protestation.

Pour l'impérialisme US, les Jeux de Beijing sont
aussi l'occasion de faire valoir avec plus
d'intensité leurs intérêts économiques et
politiques. Liée au réseau NBC (qui en détient
les droits de retransmission exclusifs), la
compagnie General Electric a profité de
l'aubaine pour augmenter considérablement ses
investissements en Chine. La puissante
multinationale est impliquée dans plus de 300
projets en rapport avec la tenue des Jeux; c'est
elle, notamment, qui a fourni l'infrastructure
technologique du stade olympique. Son PDG
affirme qu'il compte sur les Jeux pour favoriser
l'établissement d'un «climat de bonne volonté
pour plusieurs décennies en Chine» («Networks
Fight Shorter Olympic Leash», The New York
Times, 21/07/2008).

_________________
« Est-ce que la paix est une utopie?

Oui, peut-être, mais cela n'empêche pas qu'il faut sans relâche poursuivre cet objectif» Françoise David.

Cela s'applique aussi à d'autres concepts.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 11/08/2008 02:35:27    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Ancien forum du PCQ Index du Forum -> Discussion Générale Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
subRebel style by ktauber
Traduction par : phpBB-fr.com